10 ans après le BACC partie 4: Autodidacte, passionné, le travail m’a trouvé en FAC

10 ans après le BACC partie 4: Autodidacte, passionné, le travail m’a trouvé en FAC

20 août 2018 6 Par Atome

Je continues ici la suite de ma narration sur mon parcours après le BACC. Comme je l’ai dit en fin de la partie 3, le travail est venu me trouver en FAC. Et je vais vous dire comment?

A force de faire des événements en FAC avec mon frangin JADANA, notre cote de popularité grimpait et on est devenu incontournable, et pas seulement à l’intérieur. Dans nos démarches de sponsoring, nous avion entendu parler d’un projet qui s’appelait Sloy Campus Tour dont la 1ère édition eu lieu en 2014. Nous sommes allés vers la promotrice de l’entreprise en question pour qu’elle accompagne notre festival culturel qui allait dans le même sens. C’est donc avec l’appui de SLOY que nous avons réussi à faire le FACUD 2014. Après cela nous avons gardé de bons contacts et je faisais un peu de community management pour la boite.

Affiche FACUD 2014

En 2015, le Sloy Campus Tour redémarre et à cet effet, connaissant notre poids dans le milieu universitaire nous sommes contactés pour manager le concours à l’Université de Douala (Je tiens à rappeler que le Sloy Campus Tour était une compétition artistique multidisciplinaire entre les universités du pays). Notre mission était de faire inscrire les étudiants artistes, de créer une communication sur place et de faciliter les démarches administratives.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous nous sommes vite dépêchés de créer de la valeur ajoutée en allant au delà de nos taches. Nous avons formés avec deux autres étudiantes, des camarades (Tatiana & Laurence), une team d’ambassadeur en orientant notre communication aussi sur le digital, notamment en terme de visuel. Création de spot télé (là où Jadana rappait), on faisait le max pour que ça marche. Au départ c’était d’ailleurs sans budget et c’est Jadana qui finançait nos actions. Pour le concours un groupe avait été créé, mais nous avons utilisé des méthodes particulières pour monter son effectif. L’idée était de Jadana (Mais ça reste un de nos secrets, je ne vous dis pas).  Très vite la responsable charmée par notre travail a décidé de faire plus avec nous. Mais en ce moment Jadana a été appelé à d’autres missions de sa vie (que je ne pas énumérer ici).

Très vite donc, j’ai continué ce que nous avons commencé, et c’est ainsi que pendant les J.U 2015 à être présentateur du Sloy Campus Tour à Yaoundé ( Puisque le concours faisait toutes les villes étape par étape). Après disons que c’est allé très vite car le projet m’a énormément passionné. Je l’ai donc examiné de fond en comble et proposé des idées pour son développement. Avec toutes ces solutions, la boss a décidé de m’embaucher.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Etant désormais en interne, au début mon rôle était celui de community manager, et je vous assure c’était ma première expérience professionnelle. Mais je me suis retrouvé à tout faire à un moment, passionné et curieux, je voulais apprendre et prouver. Je faisais le plan média, je négociais les passages radio et télé, j’administrais les pages et le groupe. Je développais la communauté en manageant les candidats dans tout le pays, j’étais leur interface de conversation avec l’entreprise. J’avais aussi une équipe dont on m’a attribué de former. Ce n’était certes pas facile, mais pour moi c’était une belle expérience, pas un gros salaire, mais j’y ai beaucoup gagné notamment en visibilité. Il faut bien commencer quelque part.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La finale du Sloy Campus Tour a eu lieu en novembre 2015, pour l’organiser, on a créé une stratégie de terrain, avec des micro-événements que j’appelais les “Sloy Connection” (rencontre de la communauté) et à l’Université de Douala en passant par des événements et de la prospection dans les amphis. Je faisais tout ça.  je suis sorti de là avec une réputation, un CV évolué, une expérience grande, des relations et naturellement des opportunités de le l’argent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’étais ici capable d’assurer la communication d’un projet événementiel, et de tout autre type sur le territoire national. Mieux encore par cette occasion, je me suis formé en autodicdacte en Social Media Management et je vous garantis que bon nombre de mes camarades en licence et en master à cette époque ne savaient pas ce que c’est. Je me souviens d’ailleurs que l’un d’eux avec qui on était au restaurant universitaire “Chez Ma’a Clo”, m’a dit  “Atome tes trucs là c’est quoi, tu fais des bruits et on te voit partout, ça donne l’argent? Moi je vais entrer à l’ESSEC et j’aurai un master, je vais travailler dans une grosse entreprise qui va me donner 500.000 Fcfa le mois”. Je le regardais et je riais en me disant “Comme il est idiot et limité ce mec”. Je lui ai répondu que dans 10 ans je serai riche en millions et que je construis quelque chose qui me rendra autonome et utile pour le monde. Je suis un bâtisseur, un homme qui n’a pas peur de risquer et je ne compte pas sur l’école pour réussir dans ma vie.