Ma première fois à l’école. Partie 1 : Souvenirs d’enfance

Ma première fois à l’école. Partie 1 : Souvenirs d’enfance

8 octobre 2020 5 Par Atome

C’est presque un quart de siècle passé depuis l’époque ou je suis allé l’école pour la 1ère fois. Ehhhh le temps !!! Je me sens vieux et il faut dire que je le suis vraiment car à l’heure où j’écris ce texte, j’accompagne mon fils pour ses débuts à l’école. Ce passage presque obligatoire pour l’évolution de l’homme dans nos sociétés modernes, on y entre avec un biberon et on ne sait pas vraiment quand on y ressortira.

Mon fils et moi pour son 1er jour d’école

 

J’allais avoir 04 ans lorsque j’ai commencé les bancs. Nous sommes dans les années 90. J’ai encore quelques bons souvenirs qui me sont restés. Quand je suis venu au monde, ma mère, mon grand père, ma grand mère, ma tante Mami Jacka, sa fille Christelle vivions tous au quartier CCC dans la maison de mon grand père. Je n’ai pas beaucoup de souvenirs de cette maison, mais quelques clichés  me reviennent en flash. Je me souviens du jour où mon oncle est venu garer sa moto Yamaha devant la maison et je suis allé chercher à la conduire, je suis tombé dans la rigole et me suis blessé. Cette cicatrice qui est la 1ère de ma vie est toujours sur le coté gauche de mon visage. Je me souviens qu’une femme s’est précipité pour venir me chercher après l’incident, mais je ne rappelle plus de qui c’était.

Mémoire perdue 

Ma famille va passer par des drames, car en années consécutives, ma mère et mon grand père vont chacun décéder. Je ne sais pas pourquoi dans tous mes souvenirs, je ne retrouve pas les moments avec eux alors que je me souviens de tant de choses. Comme si on a effacé leurs visages de ma mémoire. Je crois d’ailleurs que c’est le cas.  Parce que lorsque j’avais 02 ou 03 ans, je crois, ma tante et ma grand mère nous emmenaient Christelle et moi chez une femme voyante quelque part là-bas à la CCC, elle faisait des trucs bizarres sur nous. Je me souviens qu’on nous déshabillait et qu’on nous prenait par les pieds en cognant la tête au sol. Je détestais cet endroit, c’était laid et ça me faisait toujours avoir des maux de tête. En plus je n’aimais pas qu’on me voye nu.  En grandissant, j’ai compris que ce n’était pas simple, même je ne me souviens plus du visage de la femme, j’en ai gardé un mauvais souvenir. Mais ma grand mère et ma tante ne savent pas que je m’en souviens.

Ma cousine Christelle & Moi dans l’enfance

Je me souviens aussi d’un deuil

Je ne sais pas si c’était celui de mon grand père ou de ma mère, mais il y avait les gens et un cercueil sur lequel on m’a posé. Mais ma mémoire étant étriquée, je ne peux pas vraiment dire avec exactitude. Dans ces bribes de souvenirs, je me rappelle que nous vivions précisément derrière la société CCC. Ma tante et ma grand mère ramassaient du samboulou (déchets de savon de l’usine) pour le re-conditionner et le vendre. Je me souviens de la maison, sol en ciment lissé, le salon n’avait pas de meubles, mais était grand. Je me rappelle que Christelle et moi avions chacun un banc à nous. Il m’arrivait souvent de dégringoler du mien et de me cogner la bouche. C’était presque tout le temps et ça m’énervait.  Je me rappelle aussi que dans le quartier il y avait un coiffeur chez qui nous allions souvent. Et, il y a le souvenir de cet homme barbu et super poilu qui me faisait toujours peur quand je le voyais en route. Je sais aussi qu’à cette époque je parlais déjà et je me posais tellement de questions dans ma tête.

De CCC à Mambanda

Après les décès survenus, je ne sais si c’était des mois ou des années,  nous allons déménager pour nous rendre à Bonaberi au quartier Mambanda, dans la maison que mon oncle avait offert à ma grand-mère. Je me souviens encore du bar qui était devant la maison tenu par ma tante, du petit jardin à la porte d’entrée. Des planches peints en blanc, du sol en ciment au salon, des matinées ensoleillées de cette époque. Je me rappelle du Coca, de la Fanta, quand ça encore le vrai gout, quand ça coutait 50 fcfa. Bref de nombreux clichés. Ma grand mère faisait son commerce de beignets soufflets et de caramels. Je me souviens que quand elle rentrait du marché elle nous gardait le jus de Djindja (Gingembre). Chez nous il y avait pas de télé mais on allait souvent au Ciné Club avec Mami Jacka qui était vers le marché voir des films chinois. Parfois on allait chez Pa’a Taliere pour visionner, il était voisin. D’autres fois c’était  occasionnellement chez d’autres voisins comme chez les Gaby.   Chez mon oncle Pa’a rigo qui était à Zaïko un autre secteur du quartier, il y’avait la télé, mais on y allait rarement. Moi j’aimais beaucoup regarder la télé. Il y avait l’émission jeune “Evasion” les samedi à 12h sur la CRTV, avec la publicité de Djino Cocktail de fruits. Vers 15h c’était Davy Croquette et à 17h c’était un flic dans la mafia.

J’allais avoir bientôt 04 ans et on me parlait tout le temps de l’école. Un jour, ma tante Ma’a Chan nous a rendu visite avec des vêtements neufs pour Christelle et moi. Elle nous a dit qu’on allait désormais aller à l’école. J’étais tellement content ohhh! J’avais souvent vu des gens aller à l’école avec des sacs et des cahiers. Je me rappelle que parmi mes vêtements, il y avait un ensemble chemisette culotte bleu bleu avec des étoiles, ainsi qu’une culotte en tissu accompagnée d’un polo blanc au col bleu foncé avec des dessins dessus. Lorsqu’elle les a présenté, on était avec ma grand mère, j’étais si heureux que j’ai pris les vêtements pour aller à l’intérieur afin de les essayer. J’étais si content que j’avais hâte d’aller a l’école. On était à quelques jours avant la rentrée scolaire. Je passais le temps à regarder mes habits neufs dans ma bassine verte où on classait nos vêtements. J’attendais d’aller à l’école… Je vous raconte la suite dans la partie 2 (La SIL A au futur monde).