Méchant Beau-Père part 2 : Le cochon qui vivait dans nos toilettes

Méchant Beau-Père part 2 : Le cochon qui vivait dans nos toilettes

25 mars 2018 9 Par Atome

NB : Pour mieux vous repérer lors de la lecture de ce récit, il serait préférable commencer par la partie 1 ICI.

Vacances 2005

Comme je l’ai dit dans la première partie de ce récit, malgré mes laides vacances passées en 2004, l’année 2005  allait être pire. Cette année là encore, Christelle et Pitou sont allés en vacances, et moi je suis resté, il n’y avait pas de propositions pour moi. Mais cette fois-ci, je n’avais pas seulement deux enfants mais trois à ma charge – car, mon petit cousin Alexandre est venu habiter avec nous.  03 mômes de 05 ans, 04 ans et 03 ans à la charge d’un môme de 13 ans. Vous imaginez? La routine s’est répétée, faire les travaux, m’occuper des enfants, laver leurs vêtements, ceux des parents, les surveiller, les laver, les nourrir… Dans tout cela, je n’avais pas le droit de me déplacer. Certains jours je restais jusqu’à minuit seul, parfois sans électricité, attendant que Mr T et ma tante rentrent. Mais Dieu m’a permis de tenir.

Ce cadeau c’était un cochon…

Une fois, nous sommes allés rendre visite à un ami de Mr T qui s’appelait Innocent, un de ses meilleurs amis depuis l’enfance, disait-il! Au moment de rentrer, son ami lui offrit un cadeau assez particulier. Ce cadeau c’était un cochon, oui un cochon ! À notre grande surprise, ma tante et moi, on s’est juste aligné et on rentrait de cette visite avec un cochon à l’arrière de la voiture. Arrivés à la maison, il fallait héberger l’animal et Mr T a eu la brillante idée de le mettre aux toilettes. C’est moi qui allais devoir chercher des feuilles de patate pour le nourrir. Cette nuit, ce ne fut pas facile de dormir. Le lendemain, il décida qu’on va élever ce cochon et qu’on va lui construire une case aux toilettes. C’est ainsi qu’on a séparé les toilettes en deux, une zone pour le cochon et une autre pour la famille. Vous voyez un peu, genre tu te laves, tu fais les selles, et le cochon te regarde pendant ce temps. Sacré cliché ! Digne d’une fiction hollywoodienne, mais c’était bien réel.  Le comble est que ça retombait toujours sur ma tête. J’avais la responsabilité de m’occuper de ce cochon, lui chercher à manger, nettoyer sa porcherie tous les jours, ajouté à ce que j’avais déjà comme travaux, franchement… Je trouvais l’acte de Mr T tellement immoral et méchant, mais je devais supporter.

Aller à l’école en puant la merde de cochon! 🙁 

Lorsque les vacances se sont achevées, Pitou et Christelle sont revenus. Désormais, la porcherie concernait Pitou et moi, on devait la nettoyer le matin avant d’aller à l’école. Cela s’ajoutait bien-sûr aux tâches quotidiennes. Vaisselles, lessive, nettoyage de la voiture de Mr T, et pas mal d’autres. Tous les matins, quand j’allais à l’école, j’avais une odeur de porcherie, ayant ramassé les excréments du cochon. Imaginez, les maladies auxquelles cela nous exposait vu qu’on le faisait sans matériel de protection. J’étais répugnant et mal à l’aise tous les jours, la dartre avait conquis nos peaux. Ce cochon était une peste pour tout le monde sauf pour Mr T, il criait dans la nuit et nous empêchait de dormir. Même les voisins wandayaient (s’étonnaient-Verbe Wanda en Camfranglais). On avait un puit d’eau  derrière la maison et les excréments avaient pollué ce puit.

Ce regard de cochon face à toi quand tu es aux toilettes. Credit @Pixabay

Il fut un jour où Mr T nous a réveillés à minuit, pour aller chercher la nourriture du cochon, sous-prétexte qu’il n’a pas mangé depuis le matin. Chose fausse en plus. Imaginez nous dans les champs des voisins à cette heure en train de cueillir (voler) des feuilles de patates, en plus c’était loin de la maison car le bon cochon avait déjà fini tout ce qui était dans les alentours.

Cela a duré jusqu’en décembre 2005, 04 mois avec un cochon dans la maison, dans les toilettes. C’était du “venez voir et allez-dire!”. Ce qui nous a encore plus irrité, c’est que le jour où on a tué ce fameux cochon, personne de nous n’a même mangé une bonne partie de sa viande, nous n’avons eu droit qu’aux pattes, après toute cette souffrance.

Leçon de vie?

Certains me disent souvent que c’est la vie et que ce passage chez Mr T m’a forgé, que ça m’a fait murir. C’est peut-être vrai, mais j’en garde surtout de mauvais souvenirs, car son système nous faisait avoir peur, nous sous-cultivait et empêchait de nous épanouir. On peut forger un enfant sans lui affliger ces conditions, ce n’est pas l’armée ou la prison. Pourtant je croyais y être. De la frustration, de la petitesse et de la rage, c’est ce que j’ai eu à garder. Des choses qui m’ont fait perdre de ma valeur sociale et humaine. Il y a tellement d’autres choses qu’il faisait. Je dis parfois que ces deux années passées chez lui ont retardé mon évolution de 02 ans, même si j’avais de bons résultats à l’école.  Mr T était si irresponsable qu’au final ma tante va se séparer de lui, je vous en parlerai dans la prochaine et dernière partie.