On veut me tuer

On veut me tuer

1 juin 2018 15 Par Atome

C’est à coeur ouvert que j’écris ceci, que celui ou celle qui pourra lire le lit. Vais-je aussi dire que ce pays est ingrat ou alors que les Camerounais sont ingrats? J’ai arrêté de penser cela, je pense plutôt qu’on est ignorant et pas assez cultivés sur certaines choses. Dieu et ceux qui me lisent savent à quel point je suis critique et à quel point je me suis souvent fait critiquer pour une vérité ou une pensée dite en article.

Il y a deux ans, je disais à ma grande soeur  et collègue Elodie Nonga et à qui voulait l’entendre que le blogging est un secteur qui peut rapporter de l’argent et faire vivre les jeunes. Certains me prenaient pour un fou et d’autres me demandaient comment? Je leur ai dit et je dirai encore, si Dieu le permet, je vais vous montrer. Bloguer c’est un métier à risque, surtout quand tu es quelqu’un qui n’a pas sa langue dans sa poche comme moi. Bloguer est un pari difficile au Cameroun, là où des gens regardent des liens sans cliquer, mais commentent les titres, là où certains sont bluffés par tel ou tel, qui prolifère des mensonges et manipule les gens. Bloguer c’est une aventure passionnément difficile dans un pays où plusieurs ne savent pas encore ce que c’est qu’un blog, mais ne sont pas curieux de faire une recherche sur google. Bloguer c’est un très gros risque dans un Mboa où ceux qui n’en savent rien en parlent sur les réseaux sociaux plus que les pratiquants.

Je vous dis bloguer comme Atome, c’est-à-dire en bâtissant un rêve c’est risqué dans un environnement où peu assument ce statut fièrement. C’est difficile de le faire là où tu sembles être le seul à avoir pris cela au sérieux. On veut me tuer parce que j’ai dit que je vais réussir dans ce domaine, parce que j’ai dit que je vais changer le monde et que j’ai la grosse prétention de devenir un jour Ministre de la culture de mon pays (pour le minimum). Mes chroniques sur la musique Camerounaise ont blessé plusieurs car elles portent avant tout mes valeurs et mon analyse de la vie. Mon but n’a jamais été de plaire, juste d’être reconnu comme celui là qui sait de quoi il parle, comme celui qui apporte des solutions,  un regard pertinent et des propositions qui peuvent améliorer. Dieu merci c’est le cas.

Ces derniers temps c’est chaud sur les réseaux sociaux, Maahlox a créé une polémique en insultant les blogueurs et du coup les moutons d’internet se sont mis dessus. Comme d’habitude, malheureusement, de gens qui ne t’ont jamais lu crachent leur venin en généralisant les blogueurs et en les traitant de tout. Par ailleurs, ceux qui n’ont pas réussi dans ce domaine en parlent aussi avec le max de haine emmagasinée. Je comprend l’idéologie de Maahlox et la dualité dans laquelle il se positionne, mais il reste malgré sa volonté de changer les choses, un grave danger social, il y a le parallélisme entre les réclamations de fond et l’image qu’il donne par sa musique sont un vrai contraste.

D’autre part c’est les “soit-disant” blogueurs eux-mêmes qui viennent se défendre avec des arguments si fragiles que j’ai honte à leur place. Tandis que ceux-là, les blogueurs avérés que je connais au Cameroun (notamment en zone francophone sont muets), ils l’ont toujours été d’ailleurs, et ça m’étonne de voir à quel point peu d’eux assument et défendent le secteur. Et mes amis qui sont venus créer le Gombisme dans le blogging parce qu’ils ont constaté qu’on ne veut pas respecter leur travail. Les voilà qualifiés d’affamés aujourd’hui, ou mieux dire nous voilà.

Avant Maahlox, il y a quelques jours sur twitter, une jeune artiste(que j’ai aidé mainte fois à ses débuts) dont je vais taire le nom a lancé une campagne de sabotage avec des haineux de depuis deux ans, tout cela parce qu’il dit que j’ai envoyé ma grille tarifaire à son label qui m’a fait un mail. C’est bizarre non, moi-même j’ai wanda, surtout, j’étais étonné de l’ampleur que les choses ont pris, je me suis mis dans une démarche explicative pour leur dire comment ça fonctionne, mais les entêtés, échoués et ignorants ne m’ont pas écouté. Quand je fais des formations, ils sont où?  quand j’ai créé le business model de mon blog, ils étaient où? Il a fallu que dans cette conversation ouverte, un rédacteur du site Français de Booska-P vienne reprendre mes propos pour qu’ils acceptent la vérité, chose bizarre, ils l’ont écouté par la suite comme un maître. Voilà ce qu’on vit.

C’est peut-être de ma faute…

Ma rage m’a fait exceller, ce qui fait que depuis le début de cette année, tout le monde veut bloguer, tout le monde veut bloguer sur la culture ou la musique, pour soit devenir comme Atome, ou alors le défier. Voilà comment chacun s’y lance sans vouloir prendre le temps d’apprendre et du coup, le milieu devient gangrené et pullule d’aventuriers. “Tu es quoi?Je suis blogueur”. Des francophones aux anglophones. Ça m’énerve d’ailleurs de voir comment on ne veut pas bosser, mais on veut se faire voir et dire aussi qu’on est blogueur.

Bloguer c’est un métier à risque

Oui, dans un pays ou reconnaitre ta valeur est un problème. Depuis le début de cette année, j’ai commencé à me rebeller, à refuser de l’argent, refuser d’accompagner certains projets (qu’on me traite d’hautain), à refuser l’approche de certaines agences, de certaines entreprises qui nous prennent pour des moins que rien. Qui refusent de faire de vraies collaborations et qui refusent de voir ce secteur autrement que comme un complément résiduel, ceux-là qui voient le blogueur comme un bénévole qui s’ennuie et qui aime se faire voir dans les événements, qui ne veulent même pas savoir comment notre activité fonctionne. Oui je vous dis, on m’a bloqué les portes dans plusieurs couloirs parce que j’ai envoyé des coups de gueule à l’encontre de ceux qui salissent et simplifient mon travail. Mais ils ne sont pas Dieu, des portes s’ouvriront ailleurs, on ne doit pas se vendre moins cher, il vaut mieux faire avec celui qui comprend ta valeur. Ce qui est déplorable c’est de voir comment certains frères courent vite pour accepter des offres insultantes. Moi Atome, le prétentieux j’ai dit non et ça vaut ce que ça vaut.

Regardez comment au Nigéria, des blogueuses ont été choisi par la marque NIKE pour  collaborer comme égérie la campagne du maillot de l’équipe nationale, aux coté d’artistes mainstream. Ça devrait vous inviter à vous re-poser à des questions et revoir votre appréhension sur ce secteur. J’ai fait tellement de propositions, engagé tellement d’actions, mais qui comprend, des sourds? Des personnes qui croient que la vie s’arrête à un poste en entreprise multinationale. Par la grâce de Dieu, ça avance, Atome Blogue et les choses avancent petit à petit. Le changement viendra, je l’avais dit, les signes sont entre les lignes. Pour toi qui lis ceci, prend ta part et sors avec ce que tu juges utile.

L’année passée, mon collègue Carlos Mekontchou est allé au Nigeria pour couvrir les Awards AFRIMA. Il me disait par la suite “Atome, ici tu serais multimillionnaire, on ne connait pas ta valeur au pays, il y en a qui ne font même pas la moitié de ton boulot mais qui sont respectés et nantis”.

Devrais-je aller ailleurs? devrais-je rêver et fantasmer? Non je veux que ça arrive aussi au Mboa et je me bats pour cela. Le Blogging souffre du problème de la jeunesse Camerounaise, on ne l’écoute pas, elle ne se donne pas assez de moyens non plus. Rendez-vous dans le futur, le combat continue…

Mes formations en blogging

RAPPEL

Novembre 2015 : création du blog www.voilamoi.over-blog.com avec un article sur Franko.

Janvier 2016 : Démarrage proprement dit du blog qui va se spécialiser dans l’analyse, la chronique, la recherche et le développement autour de la musique Camerounaise (plus de 150 articles en un an)
2016 : Sélectionné pour faire partie de Mondoblog, le réseau mondial de RFI. Création de www.enfantdafrica.mondoblog.org, blog généraliste qui évoque des sujets de société.
Juillet 2017 : Création de l’entreprise Voila Moi Consulting (Conseil, PR, Stratégie de comm, Evénementiel, Social media Management)
Novembre 2016 : Voyage à Madagacar pour la formation Mondoblog 2016.
Janvier 2017 : Création de www.voila-moi.com, blog professionnel spécialisé dans la musique Camerounaise et Africaine. Plus de 600 articles à nos jours plus de 25 contributeurs de par le monde.
Mai 2017 : Conférence de présentation de www.voila-moi.com, salle pleine avec plus de 200 personnes. Construction d’un marketing et d’un branding de valeur autour du blog.
Juillet 2017 : Prix du meilleur blogueur Camerounais à La Nuit du Web
Aout 2017 : Organisation des Blogging Sessions Act 1
Décembre 2017 : Prix du meilleur Blogueur Francophone au Bonteh Digital Média Awards.
Fin 2017 : Consultant pour plus de 20 projets locaux, collaborations avec plus 20 marques. Consultant pour plusieurs programmes TV & Radios.
Voila Moi Consulting a fait un chiffre d’Affaire de 05 Millions de FCFA, parti de rien. Zéro investisseur capital de base, Zéro investisseur.
Référence en termes de musique et de blogging au Cameroun.
Couverture de tous les événements majeurs en termes de musique au Cameroun
2018 :
-Création du blog www.atomeblog.com (Blog de Story Telling et de personal branding), plus d’1 million de FCFA en investissement jusqu’à présent.
-Participation à la conférence internationale Douala Connect en tant que Speaker
-Collaboration avec plusieurs labels mainstream locaux dont je tais le nom
-Plus de 30 articles & interviews en ligne & en presse écrite citent Atome
-Développement du produit Atome Blogueur (Selfie Interview et du média www.voila-moi.com (30.000 visites actuellement tous les mois)
– Consultant Social Média pour des entreprises dont je tais le nom
– Deux vagues de blogueurs formées par des ateliers et l’histoire continue…