Toute une vie sans toi. Je me sens condamné

Toute une vie sans toi. Je me sens condamné

27 mai 2018 36 Par Atome

Est ce que je dois t’appeler “Maman”? ou alors sister? ou alors petite soeur? Vu qu’aujourd’hui, je suis ton aîné, tu n’avais qu’à peine 18 ans quand tu quittais cette terre. Qu’est ce que Dieu m’a fait comme ça? S’il n’était pas Dieu, je lui en voudrai tellement. Mais je sais qu’il ne donne jamais à quelqu’un un fardeau qu’il ne peut supporter ou qu’il ne mérite. Ma douleur elle ne finira jamais, mon vide lui ne sera jamais comblé, car il est claire que je finirai cette vie sans connaitre qui tu étais.

Je n’ai même pas de souvenir, juste une sensation profonde lointaine d’un amour filiale qui s’est tissé. Un lien ombilical que je peux plus ressentir qu’expliquer. J’avais à peine mes dents de lait et tu es partie avec mon tété. J’ai passé ma vie torturé dans mon être en essayant de te retrouver. Qui étais tu Domche Solange? Quels étaient tes gestes, tes réflexes? Qu’est ce que tu aimais? Comment souriais-tu? J’aimerai tant être à la place de ceux là qui t’ont connu. Comme j’envie ce voisin, ce passant, ces frères et soeurs, cet inconnu qui te voyaient souvent. Ils ne savent pas qu’ils avaient mon plus grand rêve devant leurs yeux. Ça fait 25 ans et plus que je réalise que je ne te connaitrai peut-être jamais, même pas en rêve. Toi jeune fille, mère qui m’a donné cette vie et qui m’a quitté trop tôt.

C’est à l’âge de 18 ans, tu réalises?  Après 18 ans de questions que j’ai su à quoi tu ressemblais. J’ai au moins pu voir cette photo que je garde jalousement depuis des années. La seule de toi.  Et dire qu’il a fallu que ma grand-mère meurt pour que ta grande soeur me montre ton visage. Je n’ai jamais compris pourquoi ils m’ont autant caché des choses sur toi. C’est ma seule consolation, mon seul lien matériel avec toi, l’âme chère.

Moi en 2009 je ne connaissais pas toujours le visage de ma mère

Je t’ai tellement cherché, j’ai passé ma vie à le faire. J’ai essayé de rentrer dans mes souvenirs depuis les enceintes ton ventre à ma venue, mais hélas j’y arrive pas, tout est flou, rien ne vient. J’ai demandé à Dieu d’alléger mon fardeau, de me permettre de te voir même en songe, ne serait ce que pour avoir un moment fictif de partage avec toi. Je t’ai fouillé même dans mes rêves, mais rien. Pourquoi? Pourquoi plus rien avec toi? Pourtant j’avais toujours cette impression que tu étais près de moi me protégeant, comme cette Maman morte qui protège ses orphelins dans le film “Blood Sister”, mais impuissante, c’est affligeant de savoir qu’on ne peut pas communiquer directement.

Et je me demande si tu es encore au courant de moi. Qu’est ce que tu es devenue? Où est passée ton âme? Est-ce que tu es là-bas dans l’haut-delà, après le séjour des morts est-ce que tu t’es réincarnée? Et si tu es revenue, où es-tu? quels sont les signes? Comment es-tu? Comment le savoir? J’ai eu tellement de fixations, en regardant tes soeurs, j’essayais d’imaginer comment tu étais. Je suis allé jusqu’à espérer que tu te sois réincarnée dans l’une de ces jeunes femmes que j’ai connues dans ma vie. Et si l’une d’elle était ma chère mère. Mais je ne sais pas, je ne sais pas…

Pourtant je sais que je t’aime. J’ai et j’aurai toujours besoin de ton amour. Je veux te sentir. Je donnerai cher pour avoir un moment dans tes bras. Un seul instant pour te toucher te contempler réellement. Et si la vie aurait été pire avec toi, j’aurai quand même voulu vivre ce pire, c’est ce choix que j’aurai fait. Mais Dieu seul sait, oui lui il sait pourquoi.

J’essaie de rester fort et d’accepter la douleur

Aujourd’hui, j’essaie, oui j’essaie d’être plus fort, de faire comme si ça va, mais ça n’ira jamais. Mais je garde cet espoir de te revoir. Il m’est arrivé des moments de dépression, de solitude, de difficultés, durant lesquels je me disais “Et si seulement j’avais ma mère”, je voulais seulement sentir ce confort, savoir que je n’étais pas seul. J’ai pensé mainte fois au suicide comme solution pour te rejoindre, alors que j’étais à peine adolescent, et à chaque fois que je voyais les autres avec leurs parents, j’enviais leur chance. Quand il n’y avait personne pour payer ma pension, un parent à qui je pouvais tout demander sans peur. Ta mère (ma grand-mère morte en 2008) m’a donné sa part d’amour comme elle a pu, mais elle est partie tôt. De plus son amour ne peut pas être comme le tien, malgré tout l’amour que plusieurs ont témoigné pour moi dans cette vie.  Moi je veux l’amour de ma Maman, c’est gourmand je sais, mais c’est tout ce que je veux. Et ce géniteur avec qui tu m’as fait n’a fait qu’empirer les choses. Voilà plus de 25 ans que je suis toujours un bâtard. Heureusement, Dieu est le Dieu des orphelins. Il m’a toujours gardé et m’a permis de m’en sortir.

Ma vie est la suite de la tienne, alors je considère que je vis pour nous deux. Ce visage que j’ai, est issu du tien. Ce visage que j’ai transmis à “Gueyô”, il est ton petit fils, et il ne te connaitra jamais, mais par lui tu vivras comme tu as vécu par moi. Je prie pour que sa mère vive longtemps afin qu’il ne vive pas cette douleur que j’ai vécue. Solange, Maman, est-ce que tu m’écoutes souvent quand je te parles? Puisque les âmes communiquent, est-ce que tu reçois ces SOS que je t’envoie depuis tout ce temps? . Stp mon amour, ma Maman répond moi alors, Papa God s’il te plait mets-nous en contact alors, éclaire moi pitié, je sais que tu as déjà beaucoup fait pour moi, mais regarde comment depuis des années je pleure, regarde les larmes que je verses en écrivant ceci. Je sais qu’on ne peut pas tout avoir, mais ma vie va t-elle rester aussi tristement belle.

Ma mère- Moi – Mon Fils

J’ai l’espoir d’un paradis, d’un instant, d’un seul moment avec toi. Si seulement, je pouvais rentrer dans le passé, revoir ta vie, revoir ma naissance, redevenir ce bébé, écouter ta voix me bercer. Placer la bouche sur ton tété, sentir ta chaleur. Cette chaleur dont je suis privé depuis toujours. La vie était belle et je ne m’en souviens même pas. Pourquoi j’ai abandonné ce rêve de fabriquer une machine à remonter le temps? Stp Maman, réponds moi, Seigneur, ait pitié, aides-moi. Je me sens condamné, privé de mon amour. Je t’aime Solange, je t’aime de toute mon âme et de tout mon coeur. Tu mérites ces larmes que je verses depuis toujours. Malgré tout je garde espoir. Merci pour la vie, j’espère qu’on se reverra un jour. Même si c’est dans une autre vie. Ce Karma est lourd à porter.

J’ai tellement à te dire, à partager avec toi. Je t’enverrai toujours des lettres, en espérant que les anges te les apportent. Ces mots ne sont pas assez pour exprimer ce que j’ai sur le coeur.Je t’aime, je t’aime Maman, je t’aime Solange, je t’aime petite soeur.  Ton bébé.